Semaine 0

24 février 2020 à 09:42
OUPS est un lieu d'expérimentation artistique créé le 25/01/2020 par un collectif de tout horizon, des artistes, créateur·ice·s, chercheur·e·s, bricoleur·euse·s. 
L'idée est de réinvestir un lieu vide pour le rendre vivant, comme l'annonce le manifeste.

Semaine 0 

Cette semaine a été consacrée à l'ouverture du lieu. Officiellement est occupé depuis le mercredi 22 janvier, mais est médiatiquement ouvert le samedi 25 janvier  midi.
C'est aux fenêtres du 34 Rue Saint-Guillaume et au [adresse], que l'on voit apparaître des banderoles, elles annoncent au public l'occupation de ces plus de 1000 m2 par une petit flopée de personnes, on constate rapidement des camarades, sympathisant·e·s, curieux·ses qui se rassemblent dans le froid afin de soutenir ou constater l'initiative, des liens se créent entre ces passant·e·s, des discussions se nouent, et quelques journalistes etphotographes prennent des clichés. Une invitation à ne pas prendre les visages des occupant·e·s en photo est lancée. En effet, les quelques personnes qui occupent le bâtiment savent que leur occupation peut être réprimée.
Le collectif a informé le propriétaire de l'occupation et également la police afin d'anticiper leur venue.
Rapidement un trio de policiers, prévenus par les occupant·e·s, viennent observer la scène entre amusement etsignation (entendez bien que c'est la deuxième occupation de lieux vides en 2 semaines, la première étant l'occupation par les camarades du collectif de la La Baie Rouge. Ces flics1 tentent d'entrer dans le lieu, nous demandent de leurs ouvrir et prennent des photos depuis la rue du Général Leclerc. Conscients de notre droit, nous leurs refusons l'accès au lieu, ceux-ci ne pouvant que constater l'occupation.
Alertés par leur 3 collègues, une camionnette de police se positionne devant le 34 rue Saint Guillaume, ils commencent à s'équiper (lourdement) : carapaces, casques, etc.
Rattrapés par l'actualité des mouvements sociaux, ceux-ci, après être restés un bon quart d'heure devant le OUPS, repartent, probablement dans le but de rejoindre la manifestation des gilet jaunes.
L'après-midi, est un peu flottante dans l'attente d'une nouvelle venue des flics, qui finalement ne reviendront pas ce jour.
En fin de journée, une opération d'emménagement démarre. Plusieurs camarades, amènent de quoi manger, des meubles, un groupe électrogène, des batteries pour alimenter les téléphones, ordinateurs, lampes afin de ne
pas tirer sur l'électricité du lieu (l'expérience de La Baie Rouge ayant démontrée que le vol d'électricité était une stratégie facile pour ordonner une expulsion rapide).
Egalement une réunion a lieu afin d'organiser la semaine, de répertorier les besoins, d'établir le planning des artistes qui interviendront dans le lieu.
L'ambiance est bon enfant, nous sommes fièr·e·s de ce que nous réalisons.

Dimanche

Le dimanche une opération ménage se lance, chacun·e·s est occupés à passer le balai, l'aspirateur, à aménager le lieu de manière à ce qu'il y fasse bon vivre. Des envies artistiques commencent à se dessiner, un vélo musical s'installe faisant résonner diverses musiques dans l'ensemble du bâtiment. Les draps qui nous ont servi à annoncer notre occupation sont remplacés par un lettrage découpé en carton « O U P S » donnant un peu plus de « classe » à l'expérimentation.
La machine à communiquer se met également en route, le manifeste prend forme lien ici, un logo se dessine. Les informations commencent à bien circuler sur les réseaux sociaux.
Les articles de journaux sont lus et commentéss entre nous.
Un besoin de règlement intérieur s'exprime, la question de la création d'une association se pose…

1 "Flics" entendu non dans une acceptation péjorative mais comme une globalisation des agents des forces de l'ordre.

l3ibi

0 commentaire

Les commentaires sont fermés pour cet article.